Derniers conseils avant l'épreuve (vidéo)

Publié le par lenuki

Mann-venise.jpg

 

Permettez-moi de vous recommander une vidéo qui prodigue les ultimes conseils avant l'épreuve et qui figure dans la newsletter de l'Express de ce jour:


http://www.lexpress.fr/actualite/societe/education/comment-reussir-son-epreuve-de-philo-au-bac_897553.html?XTOR=EPR-181


De plus, dans son blog fort connu et prisé, Madame Hansen-Love propose deux exemples d'introduction de dissertation  que voici:


Introductions par Madame Hansen-Love

 

Toute prise de conscience est-elle libératrice ?

 

Introduction

 On associe très spontanément l’inconscience et l’irresponsabilité,  et l’on admet également que les illusions sont une source d’aliénation.  Il est donc logique de considérer que la prise de conscience (d’une réalité qui nous écrase ou d’une idéologie qui  nous mystifie) est un premier pas vers la liberté. Et telle fut la leçon de l’immense majorité des philosophes, de Socrate à Spinoza ou Sartre, en passant pas Descartes et  Freud : commençons par prendre conscience des causes qui nous font agir, et nous parviendrons déjà à  écarter une conception illusoire du libre arbitre. La philosophie nous  recommande donc   de « marcher les yeux ouverts », et de préférer la vérité qui dérange à l’illusion qui nous prive de notre liberté. Cependant,  on peut aussi observer que certaines prises de conscience  sont en premier lieu traumatisantes, (comme l’a montré Freud) tandis que d’autres sont désespérantes. Il n’est donc pas certain que toute prise de conscience soit  par elle-même, et indiscutablement,  libératrice.

 

 (PS: attention, je cite ici des philosophes, mais ce n'est pas du tout une obligation, bien au contraire, ce n'est pas forcément conseillé en introduction)

 

 

La science parvient-elle à la vérité ?

 

 On associe spontanément science et vérité, et on a raison de le faire. Quand des vérités établies par une science selon un  protocole précis et rigoureux  sont contestées au nom de l’opinion ou du préjugé,  on sait, bien sûr,  que la vérité doit se trouver du côté de la science. Pourquoi ? Parce que les vérités établies par la science font l’unanimité (des savants  dans un premier temps) et parce qu’elles font leur preuve par leur efficacité ; les prévisions  scientifiques sont fiables, la médecine scientifique, par exemple, nous  apporte assez souvent la preuve de sa validité.

 Faut-il pour autant en déduire que la science « parvient à la vérité » ? Pour cela il faudrait que la vérité soit un lieu, un espace, un abri, où l’on puisse séjourner.  Cette représentation présuppose que la vérité existe, donc  préexiste à la recherche comme une  réalité en soi. Ce présupposé nous semble très  contestable.

 

 

Publié dans messages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article