Obéissance et liberté (Spinoza)

Publié le par lenuki

obéissance

 

 

On pense que l’esclave est celui qui agit par commandement et l’homme libre celui qui agit selon son bon plaisir. Cela cependant n’est pas absolument vrai, car en réalité être captif de son plaisir et incapable de rien voir ni faire qui nous soit vraiment utile, c’est le pire esclavage et la liberté n’est qu’à celui qui, de son entier consentement, vit sous la seule conduite de la Raison. Quant à l’action par commandement, c’est-à-dire l’obéissance, elle ôte bien en quelque manière la liberté, elle ne fait pas cependant sur le champ un esclave, c’est la raison déterminante de l’action qui le fait. Si la fin de l’action n’est pas l’utilité de l’agent lui-même, mais de celui qui commande, alors l’agent est un esclave, inutile à lui-même; au contraire, dans un Etat et sous un commandement pour lesquels la loi suprême est le salut de tout le peuple, non de celui qui commande, celui qui obéit en tout au souverain ne doit pas être dit un esclave, inutile en tout à lui-même, mais un sujet. Ainsi, cet Etat est le plus libre, dont les lois sont fondées en droite Raison, car dans cet Etat, chacun, dès qu’il le veut, peut être libre, c’est-à-dire vivre de son entier consentement sous la conduite de la Raison.  

                                                                                                                                Spinoza

 

Dans ce texte, Spinoza s'attache à renverser la conception immédiate que nous avons de la liberté. Nous considérons généralement qu'être libre c'est faire ce que nous voulons (en toute indépendance) et nous assimilons l’obéissance à la servitude. Or, Spinoza va nous montrer que cette conception de la liberté est illusoire. En effet, l’idée qui consiste à affirmer que la liberté est dans la satisfaction des désirs est illusoire.  Pourquoi ? Parce que nous avons conscience de nos désirs mais non des causes qui nous déterminent à désirer. Dès lors, la liberté de la volonté est illusoire. En second lieu, Spinoza va montrer comment l'obéissance n'est pas nécessairement synonyme d'esclavage. En général, nous considérons qu’obéir revient à renoncer à sa liberté. Pourquoi ? Parce que nous considérons qu’être libre c’est agir selon notre bon plaisir. Pour ce faire, Spinoza va distinguer différentes formes d'obéissance, en se demandant pour chaque cas à quelles conditions l’obéissance n'est pas synonyme d'esclavage. Ainsi, lorsque nous sommes capables de déterminer ce qui nous est utile et d’agir en conséquence, nous sommes libres  Mais nous pouvons l’être aussi lorsque, notre raison étant défaillante ou pas encore bien assurée (comme lorsque nous sommes enfants par exemple), nous obéissons à ceux que nous reconnaissons comme pouvant définir à notre place ce qui nous est le plus utile, et nous pousser fortement à agir en conséquence. Ainsi en va-t-il dans l’Etat, lorsque les lois sont fondées sur la droite raison, c’est-à-dire légitimes. En ce cas,  obéir à ces lois n'est pas synonyme d'aliénation.

spinoza nouv-obs2-868d7


Thème du texte : distinction liberté/servitude : il est faux d'opposer systématiquement liberté et obéissance ⇒ opposition à l'opinion (mais l'opinion n'est pas absolument fausse).

Thèse du texte : Être dominé par son plaisir n'est pas la liberté, mais la pire des servitudes : l'homme libre n'est pas celui qui suit son bon plaisir, mais celui qui suit sa raison, sachant ce qui lui est utile. Le critère entre liberté et servitude se trouve à l'intérieur même de celui qui agit.

Problématique et enjeux : Spinoza dénonce l'illusion qui consiste à penser que ne peuvent être libres que ceux qui échappent à toute forme d'autorité, à cause de ses conséquences antisociales. Faut-il, pour être libre, refuser d'obéir à une autorité extérieure pour n'écouter que son désir ? Comment puis-je être libre si je dois craindre les désirs des autres, lesquels, de leur côté, me regardent avec la même méfiance ?

Publié dans politique et morale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-13: LIBERTÉ TOTALE !

C'EST MATHÉMATIQUES ?

Cordialement

Clovis Simard


Répondre