Repères philosophiques ( définitions a minima )

Publié le par lenuki69

Repères philosophiques
 
 
1) Absolu / Relatif.
Tout ce qui présente le caractère de l'absolu existe de manière inconditionnée, indépendamment d'une cause extérieure, en soi et pour soi.
Tandis que le relatif qualifie toujours ce qui est dépendant, ce qui existe "par un autre et pour un autre".
 
2) Abstrait / Concret
L'abstrait relève du général et de l'universel, tandis que le concret relève du singulier et de l'individuel. Le concret a le privilège d'être plus proche de l'expérience.
 
3) En acte / En puissance
Etre en puissance de quelque chose signifie être capable de faire ou de subir ce dont on est en puissance. Dire de la même chose qu'elle est en acte, cela signifie que cette puissance ou possibilité est effectivement mise en oeuvre.
 
4) Analyse / Synthèse
Analyse = décomposition / résolution. Vient du verbe grec "analusis" qui signifie "remonter en déliant".
Synthèse = composition / ajointer. Vient du verbe grec "sunthesis" qui signifie "placer ensemble".
 
5) Cause / Fin
La fin désigne le moment où une chose a atteint le plein développement qui était contenu dans sa cause.
La cause répond à la question pourquoi. La fin répond à la question pour quoi.
 
6) Contingent / Nécessaire / Possible.
La possibilité pour une chose, une proposition, une relation est la marque de leur contingence. Cela peut se produire et cela peut tout aussi bien ne pas se produire. Ce qui est necessaire, à l'inverse, est ce qui ne peut pas ne pas être.
 
7) Croire / Savoir
Les deux verbes désignent communément 2 modes du "tenir pour vrai" mais ils ne sont pas synonymes.
Le savoir suppose une activité du sujet, il n'est pas donné, il faut l'acquérir. Pour accéder au savoir, il faut admettre que nous n'avons que des croyances.
Savoir :suppose activité critique de l'esprit, libérateur.
Croire :préjugés, piège.
Croire peut aussi être le terme(l'étape ultime) du savoir lorsqu'il s'agit après une recherche, de donner son adhésion, son assentiment sur une proposition.
 
8) Essentiel / Accidentel
L' Essentiel sert à determiner l'essence d'un être, c'est à dire ce qui le définit, ce qui indique vraiment ce qu'il est. L'essentiel est bien ce qui subsiste, indépendamment des circonstances et concerne non pas la chose réellen existant ds le temps ms son idée.
Exemple : Si on pose que le fait d'être une figure géométrique à 3 cotés est essentiel à l'être du triangle, le fait d'être isocèle ou rectangle lui est accidentel.
 
9) Expliquer / Comprendre
Explication :argumentation raisonnée, elle expose objectivement(ex-plicare en latin = déplier) un ensemble de significations dont la compréhension constitue l'approbation personnelle ou subjective(en latin comprehendere = saisir). Mais l'usage dissocie parfois les 2 termes : lexplication scientifique de phénomènes naturels permet de les insérer ds 1 réseau de liens de causalité où d'en donner un modèle cohérent mais ne permet pas à coup sur de les comprendre.
Exemple : Nancy en cours de maths, on a beau lui expliquer, elle comprend rien :)
 
10) En fait/ En droit
Le fait, c'est la réalité telle qu'elle est, ce qui a lieu effectivement, c'est quelque chose d'accompli.
La notion du droit renvoie pour sa part à la sphère du juste, du légal ou du légitime.
 
11) Formel / Matériel
La matière est ce qu'on manipule, ce à quoi l'on donne forme grace au travail de ses mains. La forme s'offre au regard et fait éventuellement l'objet d'une évaluation esthétique.
 
12) Genre / Espèce / Individu
Individu = saisi ds son intégrité, indépendamment des autres.
Espèce = définit une certaine classe dans laquelle on peut ranger un certain nombre d'individus ayant des traits communs.
Genre = plusieurs espèces regroupées ds 1e classe plus vaste.
 
13) Idéal / Réel
Différents sens possibles :
Pour l'idéal = L' "idéa" grecque : forme visible, aspect extérieur d'une chose OU ce qui est pur, sans taches, irréprochable, intemporel.
Pour le réel = Le "Res" latin : chose matérielle concrète OU ce qui est imparfait, contingent, changeant.
 
14) Identité / Egalité / Différence
Identité : A=A, absence de différences d'une chose avec elle-même.
Egalité : A=B, absence de différences entre deux choses.
Différence : A diff. de B.
 
15) Intuitif / Discursif
La notion d'intuition désigne la représentation directe, immédiate, sans intermédiaire d'un objet présent aux sens ou à la pensée. L'adjectif "discursif" oppose précisément à l'immédiateté de l'intuition le caractère médiat d'un processus intellectuel qui doit passer par des étapes successives.
 
16) Légal / Légitime
Légal :réfère à la loi.
Légitime :ce que l'on juge juste.
Exemple : Les révolutionnaires ne manquent pas de dénoncer l'illégitimité des régimes politiques qu'il leur arrive de combattre par des moyens illégaux.
 
17) Médiat / Immédiat.
L'immédiat n'est autre que le concret d'une expérience qui n'a pas encore été reprise dans le jeu de l'activité reflexive.
La médiation apparait dès qu'intervient le jeu de la pensée qui reprend cet immédiat et s'interroge.
 
18) Objectif / Subjectif
L'objectif réfère directement à l'objet, à ce qui existe hors de l'esprit. Le subjectif est directement lié au sujet.
 
19) Obligation / Contrainte
La contrainte peut etre physique :une force supérieure à la mienne me contraint à l'obéissance.C'est un obstacle extérieur à la conscience.
L'obligation est d'ordre juridique ou moral;elle coincide avec le sentiment du devoir, forme intérieure d'expérience.
 
20) Origine / Fondement
Origine = provenance.
Fondement = ce à aprtir de quoi quelque chose s'édifie.
 
21) Persuader / Convaincre
Persuder = implique un rapport de force, de séduction, de l'ordre de l'affectivité.
Convaincre = affrontement argumentatif, la raison intervient.
 
22) Principe / Conséquences
Le principe désigne ce qui vient en premier et qui commande le développement de ce dont il est le principe.
Le terme de conséquence, formé sur le latin consecutio signifie "ce qui fait suite", indique une relation entre les termes qui se suivent.
 
23)Ressemblance / Analogie
Ressemblance : souligne une similitude dans l'apparence.
Analogie : identité de structure ou de fonction de deux choses.
 
24) En théorie / En pratique
Théorie : réfere à la vie contemplative.
Pratique : réfere à la vie active.
Le langage ordinaire les oppose. Pourtant, on peut considérer que la théorie est une forme de pratique en tant que c'est l'activité propre au philosophe par ex.
 
25) Transcendant / Immanent
L'adjectif transcendant désigne les conceptions, les idées qui outrepassent l'expérience possible. On qualifie d'immanentes toutes les positions philosophiques qui nient toute réalité différente ou supérieure à celle qui est saisie par les sens.
Toutefois, le terme transcendant a été employé par la phénoménologie en particulier pour désigner le fait que la conscience est tendue vers autre chose qu'elle même pr saisir les objets du monde.
 
26) Universel / Général / Particulier / Singulier
Est universel au sens strict ce qui valable pour tous les éléments d'une totalité donnée et cela partout et toujours. (Tous les hommes sont mortels)
Le général se distingue de l'universel dans la mesure ou il souffre quelques exceptions. (Ainsi la plupart des règles de grammlaire ne sont pas universelles.)
Est particulier ce qui est valable pour une partie seulement d'une totalité.(Quelques grecs sont philosophes)
Singulier = un seul cas dans sa propre intégrité.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article