La raison et le réel

Publié le par lenuki

La raison et le réel : introduction
 
 
 
La raison est une exigence d’accord
 
Avec soi-même
La raison cherche à lier nos idées, à les rendre cohérentes. En ce sens, elle est une exigence d’accord avec soi-même : « L’intelligence porte sans cesse des jugements nouveaux ; si nous voulons être en accord avec nous-mêmes, il faudra que ces jugements se justifient, c’est-à-dire soient rattachés à nos jugements antérieurs. Telle est bien l’œuvre du raisonnement : il systématise notre pensée, la rend cohérente et logique ». [Ferdinand Alquié, Leçons de philosophie, t. I : Psychologie, 1939].
 
Avec le réel
La raison est aussi une exigence d’accord avec le réel : il s’agit de ne pas se laisser leurrer par nos désirs et donc d’éprouver nos idées, de les vérifier.
 
Avec autrui
La raison est enfin la recherche d’un accord avec autrui. Vivant en société, l’homme recherche des affirmations valables pour tous : « Seul l’accord de tous les esprits compétents peut nous montrer qu’une affirmation n’est pas basée sur le sentiment (qui varie selon les individus) mais bien sur la raison qui est commune à tous les hommes et dont nous estimons que seule, elle peut nous amener à une vision objective des choses ». [ibid.].
 
La tâche qui s’offre à la raison est sans fin
 
Il y a toujours de l’inexpliqué
  • Les sciences positives semblent certaines parce que rationnelles, soit dans leurs
conclusions mathématiques qui offrent une certitude complète, soit par leur méthode expérimentale qui établit l’accord des hypothèses qu’elle formule avec le réel. Mais, dans le domaine des mathématiques, la vérité est relative à des prémisses qui ne sont pas démontrées.
  • Quant aux sciences du réel, l’histoire montre qu’aucune théorie n’est jamais définitive.
Les progrès se font par erreurs, conjectures et réfutations. On ne peut souscrire à une théorie que provisoirement, tant qu’elle survit aux tests destinés à l’invalider. D’où le sentiment qu’il y a toujours de l’inexpliqué.
 
La raison n’a jamais de satisfaction complète
  • Cet inexpliqué est-il provisoire ou existe-t-il de l’inexplicable ? N’y-a-t-il pas, au sein
du réel, une certaine opacité ? la raison ne se limite-t-elle pas à ce qui est rationnel ? N’est-elle pas, en ce sens, débordée par le réel auquel, par souci méthodologique, elle tourne le dos ?
  • Il n’y a pas d’arrêt dans le progrès de la connaissance ou dans la recherche de la vérité.
Le résultat logique des réflexions que l’on peut faire par la raison elle-même est de reconnaître l’insuffisance de la raison. D’où, dans Les Pensées (1660), cette phrase de Pascal : « Rien n’est plus conforme à la raison que le désaveu de la raison. »
 
 
La raison est à elle-même son plus grand mystère
 
Rien ne peut remplacer la raison dans la connaissance du réel
Ce dont nous pouvons être assurés, c’est que, en ce qui concerne la connaissance du réel et les applications qui en dépendent, rien ne saurait remplacer la raison. Si elle échoue dans cette entreprise, d’une certaine manière, toutes les autres facultés de l’homme, qu’il s’agisse de la perception ou de l’imagination, sont condamnées à échouer. C’est là un des grands enseignements de la raison.
 
La raison est une forme de croyance qui s’ignore
  • La raison s’inspire de conclusions présupposées sur la nature des choses et sur la
validité de ses méthodes. Elle nous permet de dégager des relations mathématiques, des relations de causalité entre les choses ou les êtres, mais elle est impuissante à rendre compte de l’être lui-même, de ce qui est.
  • En ce sens, elle demeure à elle-même son plus grand mystère.
« La dernière démarche de la raison, dit Pascal, est de reconnaître qu’il y a une infinité de choses qui la dépassent » [Ferdinand Alquié, Leçons de philosophie, t. I : Psychologie].
C’est pourquoi, elle ne saurait remplacer ni la foi religieuse, ni l’amour, ni l’art qui sont d’autres approches du réel.
 
La raison seule peut juger de ses limites
C’est cependant à la raison que nous avons recours pour délimiter les domaines où elle peut s’exercer et les distinguer de ceux qui lui restent totalement ou partiellement fermés. Seule la raison reste, pour elle-même, le juge souverain de ses pouvoirs et de ses limites.

Publié dans raison et réel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-18: PARADOXE FERMATON ?

LES PIÈGES DE LA RAISON ?

Cordialement

Clovis Simard


Répondre