L'art est-il évasion hors du monde ?

Publié le par lenuki

impression

a)      Présupposés du sujet : l’art n’est pas quelque chose de sérieux, dans la mesure où il nous éloignerait de la réalité, étant de l’ordre de l’imaginaire. Il serait donc de l’ordre du loisir ou du divertissement, ou encore du rêve (dont nous aurions éventuellement besoin pour supporter la réalité, caractérisée par le travail et la nécessité). Le monde serait donc plus ou moins une prison, alors que l’art constituerait notre espace de liberté.

imitation-cezzane-elizabeth-heart

b)      Esquisse de problématisation : L’artiste a longtemps été considéré comme celui qui imitait la nature le plus fidèlement  possible  (l’art comme représentation de quelque chose, d’où le désarroi face à l’art abstrait par exemple, qui « ne représente rien »). Mais rester fidèle à la nature, est-ce bien le but de l’art ? L’artiste ne serait-il là que pour nous montrer ce que nous voyons déjà (même si c’est moins bien que lui) ? Ou, au contraire, pour nous permettre de nous en évader ? Un tel détour ne serait-il pas nécessaire pour, paradoxalement, mieux appréhender la réalité dans sa vérité ?

imagesCARX9GBZ

c)       Plan possible :

+ l’art ne nous soustrait pas au réel, il l’imite. Cf. Platon : l’art est copie de copie, comme imitation de la nature (l’Idée de lit, c’est l’original ; le lit produit par l’artisan, selon cette Idée, c’est la première copie ; enfin le lit tel que le peint l’artiste, c’est la seconde copie, donc la copie de la copie de l’Idée… !). Or Platon affirme qu’il y a une supériorité de l’original sur la copie. L’art n’est donc qu’un simulacre et l’artiste un créateur d’illusions et de mensonges, puisqu’il donne l’illusion de la réalité à ce qui n’en est qu’une copie. L’art, plutôt que d’élever notre esprit à la contemplation de l’Idée, nous enferme au contraire dans la caverne et nous rend prisonniers de nos propres songes et mensonges. Il ne nous délivre pas, il nous enferme, et l’évasion qu’il nous propose n’est que fuite inutile et vaine de la réalité « vraie », celle du monde intelligible.

+ mais concevoir l’art comme imitation ne rend pas compte de ce qui constitue la caractéristique de l’art comme création (et non pas récréation). L’art en ce sens est le fruit du génie de l’artiste, qui est un créateur et donc un inventeur de nouvelles formes esthétiques, ou de nouvelles règles qu’il se donne à lui-même. L’art n’est pas que talent, il est aussi ingenium , ce qui implique des  aptitudes innées, de l’originalité et qui renvoie à s’ingénier, ce qui veut dire travailler à créer de nouvelles perspectives, à regarder le monde autrement. L’artiste crée un monde original, qui porte sa marque et qui est son œuvre.

+ si l’art nous soustrait au réel, ne serait-ce pas, paradoxalement, pour mieux nous y ramener ? Cf. Bergson : l’art est une manière de regarder autrement le monde. Il dévoile la réalité (qui est voilée dans la rapport quotidien que nous avons avec elle, rapport essentiellement pratique, de l’ordre du besoin, du langage qui travestit la réalité). Tant que le réel a quelque chose à dévoiler, l’art nous révèle cette « vérité » du réel, qui n’est pas celle de la science, trop abstraite. Cf. Paul Klee : l’œuvre ne reproduit pas le visible, elle rend visible… !

buffet919920g

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Even though I am not agreeing with you completely but I also had somewhat a similar opinion on this topic. Some people see arts as an escape from the world. We can see it in their works. Thanks for sharing your views on this.
Répondre