Le mal en procès

Publié le par lenuki

Mal en proces

 

A propos du livre d'Isabelle Delpla, que j'ai cité et présenté dans mon article précédent, tout d'abord un lien vers une émission de France Culture (Les chemins de la connaissance) où l'auteur, interrogée par François Noudelmann, précise en quoi consiste la critique qu'elle effectue concernant le concept de Hannah Arendt, la banalité du mal, et au nom de quoi elle opère cette analyse critique:

link

 

Ensuite une brève présentation de l'ouvrage et de l'auteur:

Delpla


Les crimes de masse défient la réflexion morale. Ce sont les procès de ces crimes qui façonnent nos conceptions du mal extrême. Le procès Eichmann est en ce sens exemplaire. La description par Hannah Arendt d’un Adolf Eichmann insignifiant a imposé l’idée de la banalité du mal, du crime bureaucratique commis sans pensée ni méchanceté. Pourtant, ce portrait ne correspond pas à ceux des historiens ou des chroniqueurs. Il reprend la défense d’Eichmann et réactive le genre des théodicées, qui défendaient Dieu en niant l’existence du mal : si Eichmann ne pense pas, alors la pensée est sauve. Pour dépasser l’alternative stérile du diabolique et du banal, ce livre analyse la forme même du procès, en faisant de la chronique judiciaire un genre philosophique. Il éclaire ainsi l’influence du procès de Jérusalem sur l’évolution de la justice pénale internationale et sur la réflexion morale contemporaine.
Auteur : Isabelle Delpla est maître de conférences à l’université-Montpellier-III, membre de l’UMR CNRS Triangle (ENS-Lyon). Ses recherches portent sur l’éthique et la justice pénale internationale ainsi que sur la philosophie du langage. Elle est l’auteur, notamment, de « Quine Davidson le principe de charité » (Puf, 2001) et la co-directrice de l’ouvrage collectif, « Peines de guerre. La Justice pénale internationale et l’ex-Yougoslavie » (EHESS, 2010).

Publié dans politique et morale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article