Exemple d'introduction commentaire de texte

Publié le par lenuki69

Voici un exemple d'introduction à propos du texte de Claude Lévi-Strauss, qui se termine par la célèbre phrase: "Le barbare est celui qui croit à la barbarie"

Dans le texte soumis à notre réflexion, tiré de Race et Histoire (1952), Claude Lévi-Strauss aborde le thème de l'ethnocentrisme, cette attitude qui consiste à concevoir sa propre culture comme modèle et référence de toute humanité, au point de considérer les hommes d'autres sociétés comme des sauvages ou des barbares. Or ses études ethnologiques de cultures différentes lui ont appris à relativiser la valeur de chacune d'entre elles, en prônant le relativisme culturel. En fait, selon lui, le barbare n'est pas celui qu'on croit, mais celui qui "croit à la barbarie", c'est-à-dire celui qui établit une hiérarchie entre les cultures à l'aune de la sienne. En effet, qu'y a-t-il de plus barbare que de refuser l'humanité à l'autre homme, au nom de différences qui ne constituent, en rien, quelque infériorité que ce soit ? De plus, Lévi-Strauss constate que cette attitude est le fait de toute culture, la barbarie devenant ainsi universellement partagée. A partir de là, on peut néanmoins s'interroger: la barbarie désigne-t-elle une réalité objective, un état ou une disposition monstrueuse caractérisant certains êtres humains dépourvus de toute humanité, de tout discernement moral ? Ou bien le barbare ne serait-il que celui qui croit à la barbarie, auquel cas la barbarie n'existerait pas vraiment, sauf sous la forme d'une croyance erronée, d'un préjugé résultant de la seule ignorance du relativisme culturel ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article