Ethnocentrisme

Publié le par lenuki69

Voici une approche non exhaustive du concept d'ethnocentrisme, indépendamment du texte de Claude Lévi-Strauss :

Ethnocentrisme
 
Tendance à juger des autres cultures- mœurs, institutions, valeurs étrangères- en fonction de la sienne propre érigée en modèle de référence. Ce néologisme est dû à W.G. Summer qui le définit ainsi en 1906 : « façon de voir qui fait du groupe propre le centre de tout et dans laquelle tous les autres groupes sont pesés et évalués par référence à ce centre ».
Le terme désigne d’abord la tendance qu’ont les peuples archaïques à faire de leur société le « nombril de la terre », ce qui fait que cette tendance apparaît comme étant universelle, puisqu’elle semble naître avec la culture elle-même. A partir de 1940, le terme s’étend à l’observateur de ces peuples sans écriture, c’est-à-dire l’anthropologue occidental, qui risque de les regarder à travers le prisme déformant de sa culture dominante. Certes, le projet ethnologique constitue une contestation de l’ethnocentrisme puisque ce dernier, comme préjugé, est incompatible avec l’objectivité scientifique. Aussi l’ethnologie peut-elle apparaître comme une « école de relativisme culturel » puisqu’elle donne à connaître la diversité des cultures. Mais du constat de cette diversité on passe insensiblement au postulat du relativisme culturel qui pose la validité de tous les systèmes culturels. On aboutit alors à ce paradoxe qu’un tel relativisme hisse l’ethnologue qui le pratique, et la culture qui l’engendre, au-dessus des cultures traditionnelles notoirement ethnocentriques : il est ethnocentrique dans son ambition même de ne pas l’être… !

Publié dans la culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article