Sujets d'épistémologie ( pour le bac )

Publié le par lenuki

Qu'est-ce que faire une expérience ?

 

. Le sujet commence par la formule " Qu'est-ce que... ? ", on vous demande donc de constituer une définition. Vous pouvez commencer par distinguer, afin de clarifier la question les expressions : " faire une expérience " et " avoir une expérience ". Quels sont les cas différents dans lesquels on utilise ces deux expressions ? Qu'est-ce que le passage du verbe " avoir " au verbe " faire " peut bien changer ? Notez en quoi celui qui a de l'expérience est parfois celui qui a fait beaucoup d'expériences. Vous pouvez aussi remarquer que le verbe utilisé ici implique une action. Il semblerait donc que " faire une expérience " implique une attitude active. Il est nécessaire ici, pour bien aborder le sujet, d'analyser l'usage que l'on fait de cette expression. Ainsi, on peut faire l'expérience de la souffrance comme on peut faire une expérience afin de vérifier une théorie par exemple. Quand on dit qu'on a fait l'expérience de la souffrance on signifie, par cette expression qu'on l'a rencontrée, qu'on l'a vécue et que cette expérience s'est inscrite de manière définitive dans notre existence. L'expérience marque ainsi une rupture radicale et essentielle. Quel rapport y a-t-il alors entre faire l'expérience de la souffrance et faire une expérience comme Galilée la fait quand il fait glisser ses billes sur un plan incliné  ? Vous pouvez montrer en quoi l'expérience ne suppose pas une simple passivité réceptive dans les deux cas.

 

Qu'est-ce qu'un homme d'expérience ?

 

On vous demande ici de construire une définition puisque la question commence par " Qu'est-ce que.. ? ". Dans l'usage courant que nous faisons de cette expression, un homme d'expérience est un homme qui a acquis beaucoup de savoirs et de savoir-faire à force de pratique. Ainsi on distingue l'homme d'expérience de celui qui possède de nombreux savoirs théoriques. Tout d'abord parce que l'acquisition vient de la pratique, ensuite parce qu'il est celui qui sait donc mettre en pratique ses savoirs et en dernier lieu parce que l'acquisition de l'expérience suppose un temps incompressible. C'est d'ailleurs ces trois points que l'on exige lorsque dans une offre d'emploi on précise que l'expérience est requise. Cette approche conduit alors à remarquer que l'on accorde spontanément une valeur à l'expérience. Pourtant suffit-il d'avoir beaucoup pratiqué pour savoir et savoir-faire ? Peut-on se satisfaire de cette opposition implicite entre la pratique et la théorie ? Il faut ainsi se demander à quelles conditions l'expérience peut avoir une valeur de manière à pouvoir saisir ce qu'est un homme d'expérience. Vous pouvez alors repartir du sens premier de la notion d'expérience comme rencontre, rencontre d'un esprit et d'une matière. Remarquez alors que cette rencontre seule, peut ne rien apprendre, encore faut-il être capable de tirer des leçons de l'expérience. Or, une telle attitude n'exige-t-elle pas une pratique du jugement ?

 

L'expérience : simple soumission aux faits ?

 

 Ici, c'est la dimension épistémologique du sujet que vous devez exploiter, autrement dit, son rapport avec la philosophie de la connaissance. Qu'est-ce qu'une expérience ? Qu'est- ce que faire une expérience ? Songez également à la question de l'expérimentation en laboratoire. L'expérience n'est-elle qu'une sorte de constatation brute d'un donné qui se livre à nous dans une nudité originelle ? Les choses sont plus complexes que cela et l'expérience s'avère être au contraire un mélange de soumission à un donné (ou " fait ", appelons-le comme on le voudra) et de construction de ce même donné. Notre esprit en effet reçoit des impressions sensibles, mais les organise, les lie, les synthétise et participe ce faisant à leur élaboration. En ce qui concerne l'expérience au sens savant du terme, elle n'est pas non plus la soumission aux faits mais bien plutôt la soumission des faits à une théorie explicative offrant cohérence et constance. Le savant dans son laboratoire ne fait pas que travailler sur des faits bruts (un fait brut en astronomie donnera bien souvent une illusion d'optique qu'une perception de la réalité de l'objet étudié).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article