Le droit et la justice ( cours... court)

Publié le par lenuki

Leçon 5 : Le droit. La justice                                   (abrégé)

La loi de quel droit ? - Faut-il obéir aux lois ? (Ø TS).

                                                            La loi dit-elle ce qui est juste ?                 

St. Augustin : "Ama et fac quod mavis ! "(Aime et fais ce que tu veux !)

Première partie : Le droit

Louis Sala-Molins: "La loi, de quel droit? - D'aucun !"[1]

Introduction
1. L'étymologie du mot "droit"

   Du latin directum, dirigere, regula (contenant la syllabe *reg) = ce qui se tient droit (dans les mots rex = roi, direction, rectitude, règle, richtig en all., right en angl., par opposition à "gauche" = maladroit, sinistre , origine avec une connotation de puissance phallique - érection!) - ce qui est conforme à une règle.

2. Définition de la notion de droit

(d'après A. Lalande : Vocabulaire de la philosophie)

A: Un droit est ce qui est conforme à une règle précise et ce qui est légitime d'exiger.

B: Un droit est ce qui est permis.

Il faut distinguer : - l'état de nature, régit pas des lois de la nature (physique, ex. : la gravité),

- la nature humaine, régie par les lois de la psychologie et de la sociologie (ex. : la loi de l'humain selon Freud : l'interdiction du cannibalisme, du meurtre et de l'inceste ou les lois statistiques)et

- les lois d'un état organisé, d'une "polis" ou d'une société civile (ex. : Code de la route).

Exercice : "J'fais ce que je veux !"

I. Les droits de l'homme

3. Droit naturel et droit positif

(d'après Huisman) Si le droit est ce qui doit se passer par opposition aux faits et conformément à une règle sociale, imposée par la collectivité, il faut encore distinguer le droit naturel du droit positif (ce qui est légitime et ce qui est légal.)

   Exemple : Je suis locataire d'un appartement et je me demande si le propriétaire a le droit de m'expulser. a) Est-il moralement légitime que mon propriétaire m'expulse? Mon expulsion éventuelle serait-elle conforme à ce que l'on nomme le droit naturel (autrement dit àce que la conscience humaine (morale) reconnaît spontanément comme légitime? b) Est-elle conforme aux règles écrites en vigueur, à ce qu'on nomme le droit positif? Huisman, Nouvel Abrégé, p. 172 -

Problématique : Une loi peut-elle être injuste ? non légitime ?

4. Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, 1789

            TEXTE : Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen

                        (Art. 1 : Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.)

Le droit naturel résulte de la nature humaine. Les droits (au pluriel !) de l'homme concernent leur citoyenneté.

5. Le droit du plus fort ou la liberté
a) Le droit de la nature

   Selon Calliclès, adversaire de Socrate, la justice est la liberté et le droit du plus fort.

            Cf. TEXTE : Platon, Gorgias (Plaidoyer par Calliclès du droit de la nature ou du droit du plus fort.

   (Agir selon son bon plaisir - assouvir tous ses désirs - faire "sa" loi.)

Calliclès :"La loi est fait par les faibles et le plus grand nombre.../...pour effrayer les plus forts."

( "Les gros poissons mangent les petits", Diderot)

b) Le contrat social

   "Homo homini lupus - l'homme est un loup pour l'homme", Hobbes

            TEXTE : Hobbes, Le citoyen, ch X

"Hors de l'état civil, chacun jouit d'une liberté parfaite, mais stérile."

(La liberté de faire tout ce qui lui plaît est limitée par le fait que les autres ont la même liberté.)

   Avant de vivre en société, l'homme aurait, d'après certains penseurs, vécu à l'état sauvage et utilisé le droit du plus fort. La guerre de tous contre tous...

            TEXTE : Rousseau, Du contrat social, livre 1, ch. 3

"Force ne fait pas droit !"

Deux formes de dépendance : l'hétéronomie et faire sa loi tout seul (une volonté particulière). Il faut viser l'autonomie d'une volonté générale, établie par un Contrat social en vue d'un état de droit et de la liberté de tous. (Ex.: Le jeu et ses règles, sans règles, pas de jeu.)


6. Le droit dans l'histoire

   Si "force ne fait pas droit", le droit peut être celui d'un moment de l'histoire (cf. Hegel) ou celui d'une classe (cf. Marx).

            TEXTE : Karl Marx, La question juive

(Les "droits de l'homme", le droit de jouir de sa liberté et de sa fortune

                         personnelle, sont à la base de la société bourgeoise et égoïste.)

   L'utopie marxiste exige de l'individu de faire passer l'intérêt de tous avant les siens propres. La lutte des classes est un exemple du droit du plus fort.



[1] Louis Sala-Molins, La loi, de quel droit ?, Paris, Flammarion, 4ème de couverture

Publié dans politique et morale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article