Vérité et réalité (texte de Bergson)

Publié le par lenuki

réalité et vérité                                      

"Qu'est-ce qu'un jugement vrai? Nous appelons vraie l'affirmation qui concorde avec la réalité. Mais en quoi peut consister cette concordance? Nous aimons à y voir quelque chose comme la ressemblance du portrait au modèle : l'affirmation vraie serait celle qui copierait la réalité. Réfléchissons-y cependant : nous verrons que c'est seulement dans des cas rares, exceptionnels, que cette définition du vrai trouve son application. Ce qui est réel, c'est tel ou tel fait déterminé s'accomplissant en tel ou tel point de l'espace et du temps, c'est du singulier, c'est du changeant. Au contraire, la plupart de nos affirmations sont générales et impliquent une certaine stabilité de leur objet. Prenons une vérité aussi voisine que possible de l'expérience, celle-ci par exemple : "La chaleur dilate les corps". De quoi pourrait-elle bien être la copie? Il est possible, en un certain sens, de copier la dilatation d'un corps déterminé, en la photographiant dans ses diverses phases.[...]Mais une vérité qui s'applique à tous les corps, sans concerner spécialement aucun de ceux que j'ai vus, ne copie rien, ne reproduit rien."

                                                                                                                                            Bergson


Thèse critiquée : la vérité définie comme « copie » de la réalité, c’est-à-dire la vérité correspondance (cf. la métaphore du portrait fidèle).


a)      La vérité n’est pas la réalité

A cette fausse conception, Bergson oppose l’idée qu’il y a une différence de nature entre la réalité et  l’organisation de nos idées : la nature, c’est du mouvant, des êtres ou des objets à chaque fois individuels ; notre pensée, orientée vers l’action, généralise et fixe la représentation du réel en concepts stables. Ce qui est réel, c’est donc du singulier et du changeant. Notre représentation de la nature selon des lois constantes ne correspond pas à la réalité concrète faite d’objets singuliers uniques, et en constant changement. Cf. Héraclite : « on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve », car l’eau s’écoule, elle n’est plus la même et nous-mêmes avons changé, etc. De même, deux objets de même nature ne sont jamais identiques, ne serait-ce que parce qu’ils occupent une position différente dans l’espace…


b)     Le rôle du langage dans nos connaissances

De plus, selon Bergson, nos affirmations sont générales et impliquent une certaine stabilité de leur objet. On ne pourrait avoir aucune connaissance vraie d‘un objet sans cesse changeant, car notre connaissance varierait sans cesse avec lui. Or, ce qui caractérise le vrai, c’est son atemporalité, c’est-à-dire que ce qui est vrai aujourd’hui l’était hier et le sera encore demain. Ce qui permet cette stabilité de nos connaissances, c’est le langage. Grâce à lui, en effet, nous avons une certaine prise sur le flux du réel. Nous généralisons en nommant les choses par l’intermédiaire d’appellations qui renvoient à des concepts. Or le concept vaut pour une infinité d’exemplaires possibles, abstraction faite des différences qu’il peut y avoir entre eux. Par exemple, le concept de « chaise » vaut pour toutes les chaises possibles, quelles que soient leurs tailles, formes ou couleurs. De même, nous faisons abstraction d’un certain nombre de changements, lorsque nous disons que nous utilisons deux fois le même objet : nous ne notons que les changements qui modifient notre action sur le réel, nous négligeons les autres. Peu importe que cette stabilité ne soit pas fidèle au processus réel du changement, puisqu’elle rend possible une action efficace (conception pragmatique de la vérité), en nous évitant de nous perdre dans une multitude de détails.

 

Paul Klee

Publié dans raison et réel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J

La réalité nouménale n'est-elle pas hors d'atteinte, ne se résume-t-elle pas au constat de l'existence ?
Déjà, Kant admet que la réalité phénoménale ne peut être dite. C'est toujours la connaissance qui confirme la conformité de la connaissance au modèle. C'est toujours une connaissance parmi beaucoup
d'autres. C'est toujours la structure cognitive du sujet qui est appliquée à la réalité phénoménale. (Nominalisme de Kant)
Mais dans les cas que l'on peut citer : conscience, moi, âme, coeur, intellect etc il n'y a même pas de réalité phénoménale, il y a simplement des productions de pensée dont on prétend qu'elles
émanent de la conscience, du coeur, de l'âme, du moi etc


Répondre
J

Je voulais simplement dire que Bergson met en lumière la difficulté où nous sommes de rendre compte de la réalité. Mais il ne remet pas en cause l'existence de cette réalité ou sa présence.
Je précisais simplement que nous parlons parfois de choses qui n'existent peut-être pas, de réalités qui n'en sont pas. C'est pourquoi j'ai essayé de montrer que tous ces raisonnements à propos de
la validité ou de la valeur ou des conditions de nos connaissances ont bien peu de chances de fonctionner dans les cas que j'ai cités.


Répondre
L


Je comprends mieux ainsi vos objections. Mais ne fauit-il pas distinguer la réalité et les réalités que  nous appréhendons avec les moyens dont nous disposons, naturels ou techniques, un peu
à la manière dont Kant distingue réalioté phénoménale et réalité nouménale?


Cordialemen,t  D. Braun



J

Alors remplaçons les mots appropriés par les mots esprit, conscience, coeur, âme :
"Nous appelons vraie l'affirmation qui concorde avec la réalité (de l'esprit, de la conscience du coeur, de l'âme)."
"Mais en quoi peut consister cette concordance? Nous aimons à y voir quelque chose comme la ressemblance du portrait à l'esprit, au coeur, à l'âme, à la conscience : l'affirmation vraie serait
celle qui copierait la réalité."

"De quoi pourrait-elle bien être la copie? Il est possible, en un certain sens, de copier la dilatation d'un corps déterminé, en la photographiant dans ses diverses phases", mais l'esprit, l'âme,
le coeur, la conscience...?.

" Ce qui est réel, c’est donc du singulier et du changeant " L'esprit, la conscience, le coeur, l'âme sont-ils changeants ?
.
"Ce qui permet cette stabilité de nos connaissances, c’est le langage. Grâce à lui, en effet, nous avons une certaine prise sur le flux" de l'esprit, de l'âme, du coeur, de la conscience.

"le concept d'esprit, d'âme, de coeur, de conscience vaut pour pour tous les esprits, les âmes, les consciences possibles, quelles que soient leurs tailles, formes ou couleurs."


Répondre
L


Il me semble que votre interprétation du texte de Bergson est erronée, dans la mesure où l'esprit ne représente pas la réalité (il s'agit seulement de la réalité de l'esprit...).
De plus le terme important, ici, n'est-il pas celui de concordance?


Cordialement   Lenuki



J

Alors c'est dire, quand il s'agit de ce que l'on a appelé successivement ou parallèlement : âme, esprit, conscience, moi etc


Répondre
L


je ne vois pas vraiment ce que vous voulez suggérer à travers de votre commentaire. Pourriez-vous préciser votre pensée? merci